Tout d'abord : Pourquoi je parle d'homoromance ?

Je pense qu’avant toute chose, je me devais de présenter le genre littéraire auquel j’appartiens ! Eh oui... c'est un peu normal que votre hôtesse se présente en premier, ou plutôt ce qu'elle publie.

Même si j’écris du fantastique, de la fantaisie, de la science-fiction, des romances contemporaines et que de prime abord rien ne diffère d’une publication classique ; ces dernières ont toutes une particularité récurrente, celle de la romance homosexuelle (qu'elles soient gay ou lesbienne).

Comme une partie de mon lectorat me découvre et découvre l’homoromance en même temps, je me devais au moins de l’expliquer pour celles et ceux qui ne la connaîtraient pas et qui passe par ce blog par hasard. Vous pourrez mieux comprendre certains sujets abordés, et aussi comprendre mon univers.

Coeur sur parquet arc-en-ciel

(d'après une photo de © Dave Bredeson)

L’homoromance, d’où cela vient ?

Je vais passer par mon expérience personnelle pour vous donner une explication et aussi parce que je suis loin d’être la seule à avoir découvert le genre par ce biais.

L’homoromance est un genre provenant du manga japonais appelé « Shonen-ai* » (genre soft) « Yaoi* » (genre explicite) pour les hommes ou « shojo-ai* » (genre soft)  « Yuri* » (genre explicite) pour les femmes.

* voir les définitions bas de page

L’homoromance, cela vient d'où ?

En France
Le roman s’est d’abord imposé au travers de fan-fictions* sur des plateformes telles que : fan-fiction.net ou par exemple des plateformes spécialisés par un roman comme l’univers d’Harry Potter. Pour les écrits originaux vous avez par exemple : fiction-pressWattpad… et bien d’autres.

Cela peut en surprendre plus d'une lorsqu'elle découvre cette lecture pour la première fois, mais les premières fictions de ce type doivent avoir été publiées il y a déjà une vingtaine d'année déjà. 

couple gay

Source photo : Freepik

Ecrit et lut par qui ?

Ce "genre" est écrit à une écrasante majorité par des femmes, pour des femmes ! (D’après mon psychologue à une époque, cela relève du fantasme féminin). Bien que des hommes en écrivent et d’autres en lisent également, cela reste anecdotique en comparaison avec la gente féminine. Débarqué il y a quelques années en France le phénomène prend de l’ampleur, même si certain(e)s regrettent qu’il s’agisse encore de « niche » à proprement parler.

Pour ma part, ce n’est pas un « genre » à proprement parler, puisqu’avant tout ils restent soient des livres de fictions d’aventures, de fantastique, fantaisie, polar, thriller, steampunk et bien d’autres. Je pense que c’est un moyen d’avertir les lectrices/ lecteurs que le couple sort de l’ordinaire et que cela risque peut-être de la/le choquer.

 

Femme qui lit

En quoi est-ce différent d’une lecture hétérosexuelle ?

La thématique aborde les difficultés que rencontre une personne ayant une orientation LGBT+. Comme par exemple, le rejet par son entourage, la pression de la société, etc, mais pas toujours et pas que ! La plupart des auteurs s’attachent à donner une image positive de l’homosexualité dans ses différences.

Autre point : les textes sont souvent érotiques… cela va du soft à des passages explicites. Là où souvent un roman hétérosexuel s’arrête à un baiser et au moment où le couple va « consommer » leur relation, l’homoromance elle va plus loin (mais je précise, pas toujours. Cela dépend aussi des auteurs ou de l’histoire).

Après le degré de soft à explicite évolue en fonction de chacun, donc je vous laisserai chacun juge. Certaines lectrices (un bon nombre quand même), voit cette partie du roman, comme la cerise sur le gâteau.

Pour certains romans vous aurez la possibilité de les avoir illustrés. Ils sont peu nombreux à ma connaissance, mais ils existent.

Où en trouver ? Je n'en ai jamais vu !

Au départ, il n’existait pas de maison d’éditions qui s’occupaient de cette niche peu rentable – point de vue d’une maison d’édition classique. Donc vous aviez de nombreux auteurs qui ont débuté par l’autopublication (dont moi). Mais petit à petit de petites maisons d’édition se sont créées pour répondre à la demande. MxM Bookmark, Reine beaux, H & O, Sidh Press, Reines de Cœur, Mix Éditions, etc.

Vous trouverez ces romans la plupart du temps sur des plateformes telles que Amazon, Fnac, Chapitre, Cultura ou dans certaines librairies à voir en fonction des maisons d’édition ou de l’auteur.

Pour ma part, vous trouverez mes romans sur ma boutique ou bien sur la plateforme Amazon, Kobo et Lulu pour les formats papier.

Où les découvrir ?

Vous avez la possibilité de les découvrir par exemple sur des salons tel que celui de « L’homoromance » ! Eh oui, il existe J Nommé plus exactement Y/YCon, ce dernier s’est tenu pendant quelques années à Lyon, il s’est « expatrié » à Paris. 

Ou bien, sur les conventions telles que Japan Expo (porte de Villepinte à Paris, sur les stands des éditeurs ou associations) et même au Salon du Livre à Paris (j’y ai eu le plaisir d’y participer moi-même). Là aussi, vous devez vous rendre sur les stands des maisons d’édition, il n’y a pas de « pôle » spécifique homoromance.

Pour ma part
Je suis une auteure de fantastique, SF, fantaisie, aventure, contemporaine qui écrit du MxM, FxF et même du MxF (non publié pour l’instant). Mes romances sont épicées et bien souvent elles servent l’action. Elles peuvent se terminer bien ou mal (mais plutôt bien en général). Actuellement, je suis autopubliée.

Marlène

Livre
Fan-fiction : L'auteur reprend un univers existant pour en écrire une suite, ou reprend un point pour en offrir une fin alternative, ou encore l'auteur les sorts de leur univers de départ. Shonen-ai : (manga) amour de garçons (lit.) Histoire d'amour gay soft (échange de baisers). Shojo-ai : (manga) histoires d'amour de filles (lit.) la même chose que pour les garçons, sauf que ce sont des files. Yaoi : (manga) Histoire d'amour gay explicite ! Yuri : (manga) Histoire d'amour lesbien explicite !